Communiqué SRF sur la loi asile-immigration

Communiqué de presse
26/04/2018

La SRF a toujours été solidaire des « sans-papiers », des demandeurs d’asile, des réfugiés, elle a toujours pris à cœur leur situation. Aujourd'hui les cinéastes qui la composent sont scandalisés par la loi asile-immigration adoptée dimanche soir en première lecture à l’Assemblée nationale.


Paris, le 26 avril 2018

 

La SRF a toujours été solidaire des « sans-papiers », des demandeurs d’asile, des réfugiés, elle a toujours pris à cœur leur situation. Aujourd'hui les cinéastes qui la composent sont scandalisés par la loi asile-immigration adoptée dimanche soir en première lecture à l’Assemblée nationale.



Nous n'acceptons pas que des réfugiés fuyant des situations extrêmes de misère ou de guerres ne puissent bénéficier de conditions d'accueil décentes dans notre pays.

Les mots ont un sens. Quand l'extrême-droite parle d’«invasion migratoire », elle est condamnée par la justice et reste dans son mauvais rôle. Mais parler de « régions submergées » à propos de réfugiés ne saurait avoir de place dans le discours d’un ministre sans faire bondir, sans inquiéter, en rappelant les pires heures de notre Histoire.

Nous refusons que cette nouvelle loi passe dans l’indifférence. Cette loi, qu'on nous a vendue comme plus humaine et plus « efficace » que les précédentes, se révèle au contraire plus inhumaine, tout en ne réglant rien.

Toutes les dispositions visent à accélérer le parcours des demandeurs d’asile, sans les laisser reprendre leur souffle, eux qui vivent déjà dans la précarité et dans d’extrêmes difficultés, alors que les guichets d’accueil sont saturés et qu’aucun moyen supplémentaire n’est alloué pour accélérer le traitement des dossiers.

Mais les dossiers sont des personnes.



La loi réduit la possibilité pour un demandeur d'asile de faire valoir ses droits mais elle réduit aussi les délais d'appel.

 Jacques Toubon (le Défenseur des Droits) estimait pour sa part que « [le demandeur d’asile] se retrouve pris dans des procédures tellement accélérées qu’elles confinent à l’expéditif ».



De plus, le texte étend la rétention administrative, y compris pour les enfants.



Nous attendions du Président Macron qu'il porte un projet d'accueil des réfugiés digne et humain, en cohérence avec une vision plus ouverte de la société. 

Nous demandons un accueil à la hauteur des valeurs de la France, des conditions d’hébergement humaines pour les réfugiés et le strict respect des droits fondamentaux.

Aussi, nous demandons solennellement aux sénateurs de ne pas voter ce texte et d'aider ainsi à restaurer l'image aujourd'hui abîmée de notre pays.

Le Conseil d'administration de la SRF

Marie AMACHOUKELI, Jacques AUDIARD, Bertrand BONELLO, Malik CHIBANE, Catherine CORSINI, Alice DIOP, François FARELLACCI, Pascale FERRAN, Yann GONZALEZ, Joana HADJITHOMAS, Thomas JENKOE, Cédric KLAPISCH, Héléna KLOTZ, Alexandre LANÇA, Jonathan MILLET, Héloïse PELLOQUET, Katell QUILLÉVÉRÉ, Lola QUIVORON, Christophe RUGGIA, Pierre SALVADORI, Céline SCIAMMA, Rebecca ZLOTOWSKI

Sans-papiers
SRF